JOSEPH KASAVUBU

De WikiPatsh
Joseph kasavubu.jpg

Né à Dizi en 1915 dans le Mayombe (Kongo central), Joseph Kasa-Vubu a forgé son éducation au contact de la foi catholique par le biais du Grand séminaire de Kabwe-lez-Luluabourg.


Homme soucieux d'honnêteté et de transparence, il nourrissait d’autres ambitions que celles de la prêtrise, ce qui lui attira de sérieuses difficultés avec ses supérieurs hiérarchiques. Un jour, le père spirituel du Grand séminaire le pria de faire sa valise et de regagner son village natal.


Écartelé entre son statut d’enseignant colonial et celui de comptable au service des finances du gouvernement colonial à Léopoldville, il finira par trouver sa propre voie en pleine dynamique de décolonisation africaine.

Sous sa casquette de président de l'Association de Bakongo (Abako), Joseph Kasa- Vubu et les siens furent les premiers à exiger l'indépendance immédiate et sans condition du Congo en réaction au plan Van Bilsen qui proposait 30 ans de préparation de l’élite congolaise avant que ne soit envisagée une telle perspective. Il fut le premier bourgmestre noir de la commune de Dendale (Kasa-Vubu) à la suite des premières élections municipales de 1958.

Le rassemblement politique manqué de l’Abako, le 4 janvier 1959, a vite tourné à l’émeute sur fond d’attaque des intérêts belges à Léopoldville. Les négociations avec les forces politiques locales qui s’en sont suivies débouchèrent sur la table ronde de Bruxelles.

A l’accession du pays à la souveraineté nationale le 30 juin 1960, Joseph Kasa-Vubu sera élu largement premier Président de la jeune République du Congo par le premier Parlement congolais et va diriger le pays dans un contexte de crises politiques, rébellions et tentatives de sécession. Il fut évincé du pouvoir par le coup d'État militaire de Joseph Mobutu en novembre 1965.