Henri Fayol

De WikiPatsh
Henri-fayol-2.jpg

Né à Istanbul le 29 juillet 1841, Henri Fayol est reçu au concours de l’Ecole des mines de Saint‐Étienne à 17 ans, en 1858. Il en sortira 2e de sa promotion. En 1860, il est embauché comme ingénieur de la mine de Commentry.

Doué d’un remarquable sens de l’observation, Henri Fayol excelle dans les différentes responsabilités qui lui sont confiées, qui lui valent une évolution fulgurante puisque dès 1866, à l’âge de 25 ans seulement, il devient le directeur de la mine de Commentry.

Ingénieur inventif, il met au point des méthodes efficaces de boisage des galeries et de lutte contre les incendies qui ravageaient ses houillères. Géologue perspicace, il élabore une théorie novatrice pour expliquer la transformation des dépôts organiques lacustres en charbon et il présente ses observations et ses comptes‐rendus d’expérience en 1881 à l’Académie des Sciences. Malheureusement, la paternité de cette découverte lui échappera par la suite : elle est aujourd’hui attribuée sous le nom de théorie des « Gilbert‐deltas », au célèbre géologue américain G. K. Gilbert qui l’a exposée à partir de 1885.

En 1888, Henri Fayol est nommé Directeur général de la maison mère, la société de Commentry‐Fourchambault et Decazeville, alors en grande difficulté, avec pour mission de liquider les activités en pertes. Malgré les problèmes rencontrés, il réussit à redresser rapidement la situation. Selon lui, ces succès sont directement liés à l’application conjointe et généralisée de ses méthodes de gestion et de management. Sous sa direction, sa société ne « cessera pas d’occuper une place honorable parmi les grandes entreprises industrielles françaises » et c’est en 1918 seulement, à l’âge de 77 ans, qu’il démissionne de ses fonctions.

En 1916, en pleine guerre, Henri Fayol publie Administration industrielle et générale, ouvrage qui le rend célèbre. Il y retrace une expérience de 30 ans de direction générale et de plus de 50 ans de management pendant lesquels il a observé, réfléchi, pris des notes et conceptualisé sa pratique. Il défend l’idée que l’« administration » est une science à part entière où les connaissances résultent des expériences menées (les succès et les échecs) et peuvent être ensuite transmises par un enseignement approprié. A ce titre, sa vision se rapproche de celles des adeptes actuels de la recherche action.

Peu diffusé en France, le livre obtiendra un succès notable mais tardif aux Etats‐Unis après la seconde guerre mondiale, ce qui paradoxalement remettra son auteur au goût du jour en France.

Henri Fayol est aujourd’hui considéré, aux côtés de son contemporain Frederick Taylor, comme l’un des pères fondateurs de la science du management, et l’un des contributeurs les plus influents des concepts modernes de gestion. Son œuvre est enseignée dans le monde entier, en particulier dans les business schools américaines.