Patrice Emery LUMUMBA

De WikiPatsh
Patrice Emery Lumumba.jpg


Études et vie active[modifier]

Né à Onalua (territoire de Katako-Kombe au Sankuru, Congo belge, dans l’actuel République démocratique du Congo), Patrice Emery Lumumba a fréquenté l’école catholique des missionnaires puis une école protestante tenue par des Suédois. Jusqu’en 1954 (année de la fondation d’un réseau d’enseignement laïque et de la première université) la Belgique coloniale n’a que peu développé le système d’éducation, entièrement confié aux missions religieuses. L’école ne donne qu’une éducation rudimentaire et vise plus à former des ouvriers ou des clercs, mais Lumumba, autodidacte, se plongera dans des manuels d’histoire. Il travaille comme employé de bureau dans une société minière de la province du Sud-Kivu jusqu’en 1945, puis comme journaliste à Léopoldville (aujourd’hui Kinshasa) et Stanleyville (Kisangani), période pendant laquelle il écrit dans divers journaux.

En septembre 1954, il reçoit sa carte d’« immatriculé », réservée par l’administration belge à quelques éléments remarqués du pays.
En 1955, il crée une association « APIC » (Association du personnel indigène de la colonie) et aura l’occasion de s’entretenir avec le roi Baudouin en voyage au Congo, sur la situation sociale des Congolais. Le ministre belge en charge à l’époque, de la politique coloniale, Auguste Buisseret, veut faire évoluer le Congo et, notamment, développer un enseignement public. Lumumba adhère au parti libéral, parti de ce ministre, et y attire des notables congolais.
En 1956, il répand alors une lettre-circulaire parmi les membres de l’association des évolués de Stanleyville dont il est le président et dans laquelle il affirme « Tous les Belges qui s’attachent à nos intérêts ont droit à notre reconnaissance… Nous n’avons pas le droit de saper le travail des continuateurs de l’œuvre géniale de Léopold II ». Et, en compagnie de plusieurs notables congolais, il se rend en Belgique sur invitation du Premier ministre. C’est à cette époque que Patrice Lumumba écrit un livre sous le titre « Le Congo, terre d’avenir, est-il menacé ? » Dans cet ouvrage il plaide pour une évolution pacifique du système colonial belge dont il reste partisan. Emporté par l’évolution rapide des événements qui vont mener à l’indépendance, Lumumba ne prendra pas le temps de publier ce livre (il paraîtra à Bruxelles après sa mort).

Combat politique[modifier]

En 1956, il est jugé pour avoir détourné des fonds des comptes de chèques postaux de Stanleyville et condamné à un emprisonnement d’un an. Libéré par anticipation, il reprend ses activités politiques et devient directeur des ventes d’une brasserie. En cette même année, il est président de l’Association des évolués de Stanleyville. C’est précisément à cette époque que le gouvernement belge prend quelques mesures de libéralisation : syndicats et partis politiques vont être autorisés en vue des élections municipales qui doivent avoir lieu en 1957. Les partis politiques congolais sont parrainés par ceux de Belgique et Lumumba, classé pro-belge par ses discours et ses rapports avec les libéraux belges, est inclus dans l’amicale libérale.

Création du MNC[modifier]

En 1958, à l’occasion de l’Exposition Universelle de Bruxelles, première du genre après la guerre et qui a un grand retentissement dans le monde, des Congolais sont invités en Belgique, dont Patrice Lumumba. Mécontents de l’image paternaliste peu flatteuse du peuple congolais présentée par l’exposition, Lumumba se détache des libéraux et, avec quelques compagnons politiques, noue des contacts avec les cercles anticolonialistes de Bruxelles. Dès son retour au Congo, il crée le Mouvement national congolais (MNC), à Léopoldville le 5 octobre 1958.

Conférence panafricaine d'Accra[modifier]

Fin novembre 1958, certains révolutionnaires africains organisent la première Conférence des peuples africains à Accra (Ghana) du 5 au 13 décembre 1958. Deux leaders est-africains (Mohamed Babu de Zanzibar et Tom Mboya du Kenya) sont inquiets du fait qu’un grand pays comme le Congo risque de rater ce grand rendez-vous africain. C’est alors qu’ils entrent en contact avec Patrice Lumumba. Patrice Lumumba, Gaston Diomi et Joseph Ngalula accompagnèrent Babu et Mboya à Accra, où Lumumba se fit remarquer par les délégués à cette conférence qui réunissait les représentants des huit pays indépendants (Egypte, Ethiopie, Ghana, Guinée, Liberia, Libye, Maroc, Tunisie) et ceux des partis politiques, syndicats et d’autres organisations de la société civile du monde panafricain. C’est là que Lumumba noua des relations fort utiles avec de grands leaders africains tels que Kwame Nkrumah, Gamal Abdel Nasser, Modibo Keita et Ahmed Sékou Touré.

Mobilisations[modifier]

De retour au Congo, il organise une réunion pour rendre compte de cette conférence et il y revendique l’indépendance. En octobre 1959, le MNC et d’autres partis indépendantistes organisent une réunion à Stanleyville. Malgré un fort soutien populaire, les autorités belges tentent de s’emparer de Lumumba, ce qui provoque une émeute qui fait une trentaine de morts. Lumumba est arrêté quelques jours plus tard, jugé en janvier 1960 et condamné à 6 mois de prison le 21 janvier.

L'indépendance[modifier]

Les autorités belges organisent des réunions avec les indépendantistes. Une table ronde réunissant les principaux représentants de l’opinion congolaise a lieu à Bruxelles, et Lumumba est libéré en toute hâte le 26 janvier pour y participer à la demande des autres Leaders congolais qui avaient jugé sa présence très nécessaire. Alors qu’il espérait profiter des tendances contradictoires d’un ensemble hétéroclite, le gouvernement belge se trouve confronté à un front uni des représentants congolais et, à la surprise de ceux-ci, accorde immédiatement au Congo l’indépendance, qui est fixée au 30 juin 1960. Des élections générales, les premières dans l’histoire du Congo encore belge, ont lieu en mai 1960. Joseph KAsavubu est élu Président de la République et Patrice Lumumba premier Ministre.
Le 30 juin, lors de la cérémonie d’accession à l’indépendance du pays, Lumumba qui a définitivement largué les libéraux et qui s’est entouré de conseillers étrangers de gauche, prononce un discours virulent dénonçant les abus de la politique coloniale belge depuis 1885. Durci par l’expérience de son arrestation, et, face à la surenchère anti belge d’une partie de la presse internationale, il prend le contrepied de la politique modérée de ses débuts telle qu’on peut la découvrir dans son livre (publié après sa mort). Au lieu de s’adresser au roi des Belges présent à la cérémonie, et qui venait de prononcer un discours paternaliste convenu avec le président Kasavubu, Lumumba commence son allocution par une salutation « aux Congolais et Congolaises, aux combattants de l’indépendance. » Son discours, qui doit lui permettre de l’emporter sur Kasavubu dans l’opinion des Congolais politisés, proclame vivement que l’indépendance marque la fin de l’exploitation et de la discrimination et le début d’une ère nouvelle de paix, de justice sociale et de libertés. Le roi des Belges, se sent offensé alors qu’il se considère comme le père de l’indépendance congolaise ayant été l’auteur, en janvier 1969, d’un discours radiophonique par lequel il est le premier Belge à annoncer officiellement qu’il fallait mener le Congo Belge à l’indépendance sans vaine précipitation et sans atermoiement funeste. Aussi, Baudouin veut-il se retirer et regagner Bruxelles. Mais le premier ministre belge Gaston Eyskens parvient en l’en dissuader et, le soir même, lors d’un banquet réunissant hommes politiques congolais et belges, Patrice Lumumba s’efforce de rectifier le mal que ses paroles ont pu provoquer en prononçant un discours qui se veut lénifiant dans lequel il évoque un avenir de coopération belgo-congolaise se détournant d’un passé révolu.

Gestion du pays et assassinat[modifier]

Les effets du premier discours de Lumumba, retransmis par la radio, se font rapidement sentir dans la population congolaise. Les paroles en sont interprétées comme anti-belges, alors que les fonctionnaires belges restent présents à tous les échelons de l’administration congolaise et que, dans l’armée, le cadre d’officiers reste également belge en attendant la formation des premières promotions d’officiers congolais. Cette situation provoque, dans quelques casernes, une révolte qui gagne des populations civiles, surtout dans la capitale Léopoldville. Des officiers et aussi des cadres belges de l’administration sont chassés, malmenés et quelques-uns sont tués. Des émeutes visent les entreprises des blancs, des pillages ont lieu, des femmes européennes sont violées. Dès lors, une grande majorité de cadres européens du gouvernement et des entreprises, et pas seulement les Belges, prennent alors la fuite avec leurs familles. Lumumba en profite pour évincer les officiers belges et décrète l’africanisation de l’armée, tout en doublant la solde des soldats.
La Belgique, jugeant qu’on ne peut plus avoir confiance dans le gouvernement congolais et dans son armée pour rétablir la sécurité, répond par l’envoi de troupes pour protéger ses ressortissants à Léopoldville, la capitale, mais aussi dans d’autres régions. C’est notamment le cas au Katanga (riche région minière, dominée par la puissante entreprise de l’Union minière du Haut Katanga), où l’intervention belge favorise la sécession de cette province menée par Moïse Kapenda Tshombé.
C’est un véritable conflit qui menace d’éclater, ce qui provoque l’internationalisation de l’affaire congolaise avec, à l’ONU, une condamnation par l’Union Soviétique et des pays du tiers-monde qui veulent soutenir Lumumba et ses partisans. Mais, le 4 septembre 1960, le président Joseph Kasa-Vubu annonce à la radio la révocation de Lumumba ainsi que des ministres nationalistes ; il le remplace le lendemain matin par Joseph Iléo. Toutefois, Lumumba déclare qu’il restera en fonction ; le conseil des ministres et le Parlement lui votent une motion de maintien et, à son tour, Lumumba révoque le président Kasa-Vubu, sous l’accusation de haute-trahison. En plus, il appelle à Léopoldville une partie des troupes de l’Armée nationale congolaise (ANC) stationnées à Stanleyville et au Kasaï. Entre-temps, l’ONU vote l’intervention de troupes internationales dans le but de s’interposer entre les Belges et les Congolais de Kasa-Vubu face aux partisans de Lumumba.
Cependant, un coup d’État (soutenu par la CIA), éclate à Léopoldville par lequel Joseph Désiré Mobutu prend le pouvoir. Ex-militaire, mais aussi ancien-journaliste dans la presse congolaise pro-belge Mobutu a repris du service dans l’armée congolaise avec le titre de colonel. Il crée immédiatement le Collège des Commissaires généraux composé de noirs compétents dans, divers domaines, transports, économie, politique, etc… chargés de gérer au plus pressé une situation chaotique. En même temps, le 10 octobre, Mobutu assigne à résidence Lumumba, Ileo et leurs ministres. Mais Lumumba fait passer en secret un mot d’ordre demandant à ses amis politiques de le rejoindre à Stanleyville, où ils établissent un gouvernement clandestin dirigé par Antoine Gizenga.
Le 27 novembre, Lumumba s’échappe avec sa famille de la résidence Tilkens, à Kalina, et tente de gagner Stanleyville avec une petite escorte à bord de sa chevrolet. Son évasion n’est découverte que trois jours après. Grâce à cette avance, persuadé d’avoir réussi à échapper à ses ennemis, il harangue ses partisans sur son passage, ce qui lui fait perdre du temps et permet au major congolais Gilbert Pongault, officier de liaison du service de renseignements, de le retrouver pour essayer de l’arrêter. Après un premier échec à Port Francqui le 1er décembre, Pongault réussit et Lumumba est arrêté à Lodi, dans le disctrict de la Sankuru et ramené à Mweka, où il est embarqué à bord d’un avion vers Léopoldville d’où il est transféré au camp militaire Hardy de Thysville sous la garde des hommes de Louis Bobozo, un militaire congolais, ancien de l’offensive belge de 1941 contre les Italiens d’Abyssinie et qui a la confiance de ceux qui croient pouvoir ramener le calme.

Patrice Emery Lumumba est mort assassiné le 17 janvier 1961 près de Lubumbashi dans le Katanga.