EMPIRE SONGHAI

De WikiPatsh

Notions[modifier]

Après le Mali, les Songhai de Gap devraient reprendre le flambeau et fonder le dernier des trois grands empires soudanais du Moyen-âge.

Le peuple Songhai aurait été connu dès le VIIe siècle. Il était installé à Koukia, en aval de Gap et gouverné par la dynastie DIA. Les premiers Dia demeurent animistes. C'est seulement en 1009 que le quinzième Dia, le Dia Kossoi se convertit à l'islam et s'établit à GAO.

Apogée[modifier]

Mohamed Touré régna de 1493 à 1528 sous le nom de Askia Mohamed 1er. Il agrandit le Songhai (à l'Ouest, il annexa toutes les provinces septentrionales du Mali, y compris Teghazza dans le désert ; à l'Est, les Haoussa furent faits tributaires du Songhai) et organisa son administration.

Profondément religieux, l'Askia Mohammed 1er alla à la Mecque (1496-1497) comme le dit deux siècles plus tôt Kanka Moussa

Au cours de ce pèlerinage, il obtint le titre de "Khalife du Soudan".

Déclin[modifier]

Sous le règne de Askia Daouda(1549-1582), la situation extérieure de l'empire se déteriora. En effet, le sultan de Marrakech, Moula Ahmed el Mansour (el Mansour qui veut dire victorieux) convoitait les placers d'or du Soudan ainsi que les mines de sel de Teghazza. L'Askia Daoud commit l'imprudence de lui céder, en 1577, l'exploitation des mines de sel, moyennant une redevance de 10.000 dinars.

Le sultan ne se contenta pas du droit d'exploitation qui lui était accordé. Il voulut conquérir l'empire Songhai pour avoir la mainmise sur les richesses du Soudan où il espérait trouver l'Eldorado. Il envoya contre l'Askia Ishag II, une armée marocaine (en fait une armée des mercenaires Espagnols) sous les ordres du pacha Djouder pour s'emparer de Gao. La bataille qui eut lieu à Tondibi le 5 mars 1591 entre les Songhai et les marocains, fut gagnée par les marocains grâce aux armes à feu.

Leur domination fut éphémère, mais ils avaient ruiné les villes du Niger (Tombouctou, Djenné, Gao). En 1660, il n' y avait plus de marocains dans le pays qui fut successivement attaqué au Nord par les Touaregs (Gao et Tombouctou) et au Sud par les Bambara (Djenné).