EMPIRE DU MALI

De WikiPatsh

Notions[modifier]

L'empire du Mali engloba une grande partie de l'Ouest africain au Moyen-âge. A son apogée, il s'étendait du Sénégal à GAO et du désert à la forêt équatoriale. Ce fut le plus puissant et le plus glorieux de tous les empires du Soudan occidental.

Les principales sources d'information de l'empire du Mali sont les écrits des auteurs arabes notamment El Bekri, Al Omari, Ibn Khaldoun.

Origines[modifier]

A l'origine (au Moyen-âge), le clan régnant était celui des Keita.
Vers 1230, l'empereur du Sosso, Soumangourou Kante vainquit Nare Famaghan, et réduisit le Mali à la vassalité. Après s'être emparé du pays Mandingue et de sa capitale Dieriba, il fit périr toute la famille royale à l'exception d'un jeune informé Soundiata Keita. Le Mali asservi par Soumangourou ne put cependant être sauvé que par ses faits d'armes.
Devenu grand et vigoureux, Soundiata Keita parvint à se constituer dans le plus grand secret, une armée aguerrie et disciplinée. Il battit Soumangourou à Kirina en 1235.

Devenu empereur, Keita déplaça la capitale de Dieriba (Kangaba) à Niani (actuellement en Guinée) en 1240. Il organisa son empire, développa la culture du coton, de l'arachide et des papayers, ainsi que l'élevage et le commerce. Il mourut en 1255 dans les conditions non encore éclairées. Son successeur Mansa Ulé (1255-1270) occupa la région de Wangara et fut suivi de plusieurs successeurs qui, à l'exception un seul, ne régnèrent que quelques années.

Apogée du Mali[modifier]

C'est pendant le règne de Kanka Moussa (Kankou ou Mansa) (1312-1332 ou 1307-1332), dont la renommée s'étendit au loin. Sous son règne, l'empire du Mali connut sa plus grande extension.

Fervent musulman, il effectua à la Mecque le pèlerinage (1324-1325) le plus prestigieux de l'histoire de l'islam: grand nombre d'esclaves, suite imposante et quantité d'or avaient ébloui le Caire où l'on prétendait que l'or apporté avait bessé le cours de 12%. Cette période de splendeur couvre le milieu du XIVe siècle.

Déclin du Mali[modifier]

Vers la fin du XVe siècle, le Mali déclina. Des luttes internes lors de la succession au pouvoir, débutèrent sous Maghan (1332-1336), eurent pour conséquence directe d'affaiblir l'empire et de le réduire progressivement à plus simple expression.

Dans les troubles dynastiques de la fin du siècle, les gouverneurs de provinces se rendirent indépendants de l'autorité centrale. Mais le péril le plus redoutable venait de l'extérieur. L'empire fut à plusieurs reprises envahi par ses voisins : les Touaregs au Nord (occupation de Tombouctou), les Mossi au Sud-est (prise de Djenné), les Songhai à l'Est (pillage de Niani) menacèrent et même s'emparèrent de certaines de ses parties.